Scroll to Content

Une semaine dans le Vercors en ski pulka et sous la tente, en autonomie totale, pour une traversée intégrale, de Corrençon à Glandasse, puis jusqu’à Font d’Urle. Longueur totale : 120 km Dénivelé + : environ 5000m

La trace GPS se trouve en bas de cette page.

Jour 1 : Corrençon – Carette 

Départ de Corrençon vers 19h à la frontale, après avoir chargé la pulka sur le parking. Cheminement sous les étoiles, après une bonne heure, nous ferons le bivouac près de la cabane de Carette. La tente est très vite montée (j’avais laissé les arceaux à l’intérieur pour gagner du temps)

Jour 2 : Carette – Jasse du Play

On se réveille dans le brouillard et sous le givre de la tente. L’ambiance de la forêt que nous traversons aujourd’hui en est magnifié ! Le parcours n’est absolument pas plat, et rétrospectivement, ce sera notre journée la plus difficile ! Nous retiendrons qu’à mi-journée, les boulons probablement mal serrés qui relie le brancard à la pulka, se sont défaits et sont donc perdus… Voilà que nous commençons bien notre périple ! Heureusement, un peu d’imagination et un solide ruban adhésif nous permettent de continuer. La traversée du canyon est magnifique, et des éclaircies nous laisse entrevoir la grandeur du paysage. Le temps passe, on doit refaire notre petit bricolage régulièrement pour s’assurer qu’il tient. La Jasse du Play est tout proche au GPS, mais avec tellement de dévers à négocier et de pentes à monter puis descendre, nous arrivons dans le brouillard et la nuit. Nous trouverons un petit plateau entre les arbres sur les hauteurs au dessus de la cabane.

Nous sommes un peu déçus par notre progression du jour, et les quelques difficultés que l’on a eu à se mouvoir avec la pulka aujourd’hui… En espérant que ce ne soit pas tout le temps ainsi ! (et effectivement, toutes les autres journées seront plus faciles de ce point de vue!)

Jour 3 : Jasse du Play – Prè Peyret

Nous commencerons la journée en essayant de trouver un élément pour faire une réparation de fortune sur notre pulka. A l’aide de sympathiques skieurs ayant passé la nuit dans la cabane, nous mettrons la main sur un bon fil de fer, largement suffisant pour nous ! A l’aide du 2e boulon et de ce fil, avec un est d’adhésif, voilà la pulka réparée pour les jours à venir… Voilà un parcours adapté à la pulka, qui nous paraît très légère sur le plat, surtout comparé au parcours de la veille !

Journée ensoleillée qui nous fait découvrir peu à peu les sommets du Vercors. On naviguera avec le Grand Veymont à l’est toute la journée.

Devant nous au sud se dresse les falaises de Glandasse.

On se paye le luxe de faire le camp vers 18h, sous les derniers rayons de soleil ! Les lumières après le coucher sont magnifiques.

paysage

Jour 4 : Prè Peyret – Glandasse

Encore une belle journée, la tente est chargée de givre. Nous faisons sécher les sacs de couchage sur les arbres proches.

paysage

Une petite descente avec la pulka pour commencer, je ne me rate pas : je ne contrôle pas la glisse et m’étale sur la neige dure et glacée du matin. Au passage j’éclate mon Nikon ! Il est un peu incohérent sur le moment, mais les objectifs n’ont rien, et il s’en remettra progressivement tout au long du périple 🙂 Il en a vu d’autres ! Le col du Pison nous garantit la séance de transpiration du jour, et sa descente nous permet de nous perfectionner en contrôle de glissade de pulka surchargée !

Le fameux et photogénique Mont Aiguille se dévoile peu à peu derrière nous, alors que vers midi nous atteignons les pentes de la montagne de Glandasse, où nous mettons la pulka sous la neige pour ne prendre que les affaires pour 2 jours, le temps de faire un aller retour.

paysage

La montée se fait sans encombre, si ce n’est que l’on se demande comment nous allons redescendre demain ces pentes dans un style télémark fluide et décomplexé…. Une fois là-haut vers 2000m d’altitude, la vue est magnifique sur l’ensemble du Vercors, ainsi que les montagnes du Dévoluy. Nous décidons du lieu de bivouac vers 18h, histoire de profiter de la dernière demi-heure de soleil pendant que l’on creuse la plateforme. L’endroit est serein, les montagnes somptueuses, le soleil de fin de journée et l’atmosphère pure permettent de profiter pleinement de l’endroit !

Jour 5 : Glandasse – Chaumailloux

Au matin (-10 dans la tente pour info), après une petite session photo d’avant levé de soleil, nous décidons de monter profiter de la vue au sommet du Pié Ferré. Vue à couper le souffle sur l’ensemble de la région. Somptueux. Nous ferons notre retour par le même chemin qu’à l’aller, et les pentes de Glandasse nous permette d’exprimer notre art de la glisse talon libre : pour une première, avec des sacs chargés, une neige qui varie du glacé à la poudre profonde sans prévenir, le résultat est remarquable (à vous d’imaginer dans quel sens !). Il faut certes abandonner nos réflexes de ski de randonnée habituels, mais pour le coup on se retrouve parfait débutants en ski…Bref, on arrive en bas, déneige la pulka, et on se dit qu’on irait bien voir ce Mont Aiguille de plus près. Alors nous faisons route vers celui-ci. On essaiera de trouver le lieu de bivouac le plus proche possible de l’Aiguille, avec la plus belle vue. Ah, nous pouvons savourer pleinement du Mont Aiguille, moi qui voulais le voir depuis des années !

Jour 6 : Chaumailloux – Quelque part après le col de Rousset

Bon, quel est l’objectif du jour ? Il nous faudrait un peu de vent pour tester la tente dans de bonnes conditions. Et où trouve-t-on du vent dans le secteur ? Là où il y a des kites pardit ! Direction Font d’Urle, on se donne deux jours pour y arriver, en espérant passer aujourd’hui le col de Rousset. Retour à Prè Peyret, puis cheminement facile jusqu’aux abords de la station de Rousset (Avec une bonne montée bien raide, il faut le préciser quand même). C’est ensuite que cela se complique !

Du vent il y en a, les crêtes sont dégarnies d’ailleurs, et nous décidons d’éviter la route des crètes pour couper la station vers sa mi-hauteur. Pour atteindre le col, je n’avais pas une idée claire en regardant les cartes, personne sur place n’a pu également bien nous renseigner, et une fois sur le terrain, je n’ai toujours pas idée de la meilleure option. Nous choisissons l’option piste verglacée (en finition pulka surchargée c’est mieux !). Bon petit moment intense au milieu des skieurs de la station qui pensent que nous transportons un blessé. Une heure après on est en bas, les bras bien fatigués d’avoir retenu la pulka autant que l’on pouvait sur les pistes verglacées. Mais bon, c’est pulkable, pas de soucis 😉 Y avait-il une meilleure solution ? Très probablement ! Bref, il est 18h quand on entame le contournement de la montagne après le col, sur la piste de mushers. Nous rencontrerons d’ailleurs deux traineaux se faisant une petite sortie nocturne, alors que nous continuons notre effort dans la nuit. Vers 20h on se trouve un endroit abrité du vent dans la forêt. On ne va pas pousser le vice jusqu’à planter la tente sur les crêtes juste pour la tester en plein vent and même ! Une bonne journée bien remplie !

Jour 7 : Rousset – But St Génix – Font d’Urle

Il fait vraiment doux ce matin, pas même de regel ! Nous continuons à monter en suivant la piste, jusqu’au moment où l’on se dit qu’on est pas venus ici pour rester dans la forêt, mais plus pour profiter de la vue et des crêtes. Alors direction en haut. L’abord des crêtes est complètement soufflé, obligé de cheminer brièvement sur l’herbe pour faire jonction avec la forêt. Une pulka bien chargé sur la neige c’est un peu lourd. Une pulka tractée sur herbe en montée c’est très très lourd ! Dans la poudreuse non tracée de la forêt aussi d’ailleurs. Nous arrivons donc littéralement en nage au sommet du But St Génix. C’est beau, c’est chaud, la vue est magnifique ! Aller encore quelques kilomètres, huit tout au plus, et nous seront aux abords de Font d’Urle pour la soirée. On y arrive au soleil couchant, ambiance magnifique.

Jour 8 : Font d’Urle – Ambel

On sent que le périple touche à sa fin ! Dernière levée de camp, petit déjeuner dans la neige, on prend le temps. On regardera les kits s’amuser avec le vent qui s’est levé dans le nuit, et vers midi on laissera les pulka à l’hôtel, pour continuer notre route légers vers Ambel. Le vent s’intensifie, les crêtes d’Ambel sont dégarnis également, mais nous offre une vue magnifique sur la Vallée du Rhône et le Massif Central et l’Ardèche.

paysage

Nous nous offrons une bonne sieste (la seule de la semaine !), tant méritée qu’ensoleillée , alors qu’une mer de nuage envahit petit à petit la région. Retour à Font d’Urle où nous attendent une bonne douche chaude, des bières (belges), et plein de bonne nourriture !

Le temps de prendre une douche, le brouillard s’est levé et le vent redouble. A-t-on eu de la chance avec la météo ? Juste un peu !

 

8 jours dans le Vercors

Written by:

One Comment

  1. Des photo’s admirables d’une région admirable. Mais je n’y était jamais en hiver. Merci pour l’introduction hivernale.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.